Les infections sexuellement transmissibles

Les IST (Infections Sexuellement Transmissibles) sont aussi appelées Maladies Sexuellement transmissibles, ou vénériennes. Ce sont des infections qui se transmettent lors des relations sexuelles. Elles sont provoquées par des bactéries, des virus ou des parasites.

Tu as certainement entendu parler du SIDA. Le SIDA est une IST causée par un virus, le VIH, mais ce n’est pas la seule infection transmissible. Certaines infections sexuellement transmissibles sont potentiellement mortelles, d’autres peuvent être à l’origine de stérilité. D’autres sont peu dangereuses mais plus douloureuses. La plupart de ces infections sont souvent très discrètes, sans symptômes apparents ; c’est pour cela qu’on les appelle des infections et non plus des maladies. Tu peux transmettre ou recevoir une IST sans même le savoir.

Parmi les infections que tu peux contracter lors des rapports sexuels, les plus connues sont l’herpès génital, la chlamydia, les condylomes, la gonorrhée et la syphilis. Ainsi que le VIH (virus du SIDA) et les hépatites qui peuvent se transmettre par voie sanguine mais aussi lors de rapports sexuels non protégés par pénétration ou contact oral (cunilingus, fellation et anulingus).

Les infections sexuellement transmissibles ne se transmettent pas par les gestes de la vie quotidienne : poignée de main, utilisation d’objets courants,… Ni en utilisant les toilettes ou la douche d’une personne contaminée ou en allant à la piscine…

A l’heure actuelle, les seuls moyens efficaces de se protéger des Infections sexuellement transmissibles sont les préservatifs (moulants ou flottants), les carrés de latex et le vaccin quand il existe (vaccin contre l’hépatite B et vaccin contre certaines souches du HPV – Human Papillomana Virus – responsable du cancer du col de l’utérus). Se protéger avec un préservatif et/ou un carré de latex c’est faire en sorte que le sang, le sperme et le liquide séminal, les sécrétions vaginales, n’entrent pas en contact avec les muqueuses génitales, anales ou buccales de son/sa partenaire et vice-versa.

Certaines IST se transmettent aussi par les caresses sexuelles (herpès et condylomes) ou par le baiser (hépatite B) ou encore par le contact avec la peau (syphillis).

Attention, les préservatifs ne protègent que s’ils sont bien utilisés. La plupart des « accidents de capote » sont dus à une mauvaise utilisation : entraîne toi à deux ou en solo avant de passer à la pratique. (Tu peux aller relire le mode d’emploi des préservatifs sur notre site)

Si la plupart des IST n’ont souvent pas de symptôme apparent, d’autres au contraire présentent des symptômes. Certains signaux d’alarme doivent te conduire à consulter un médecin au plus vite :

Chez la femme :

Des sensations de brûlure en faisant l’amour ou en urinant ; Des douleurs dans le bas du ventre ou dans les reins en dehors de la période des règles ; Des pertes vaginales inhabituelles par leur aspect, leur couleur, leur odeur ; Des saignements en dehors des règles ; Des chatouillements dans la zone génitale ou anale ; Des boutons, des excroissances sur les organes génitaux ou des aphtes ; Des boutons sur tout le corps.

Chez l’homme :

Des sensations de brûlure en faisant l’amour ou en urinant ; Des écoulements anormaux à l’extrémité du gland ; Des chatouillements dans la zone génitale ou anale ; Des boutons, des excroissances sur les organes génitaux ou des aphtes ; Des boutons sur tout le corps ; Le gonflement d’un ganglion (petite boule dure) dans la région de l’aine (pli de la cuisse) près du bas ventre.

L’apparition de l’un de ces symptômes ne signifie pas que tu as d’office contracté une infection sexuellement transmissible mais doit t’inciter à consulter un médecin. Un dépistage permettra de te rassurer et de commencer un traitement si tu es porteur d’une IST. Et surtout certaines infections sexuellement transmissible n’ont pas de symptôme apparent car leur signe sont discrets, voire inexistants. Donc si tu as pris un risque, il est important de consulter un médecin ou de te rendre dans un centre de planning pour un dépistage.

En quoi consiste le dépistage ?

Selon le type de IST, deux types de dépistage peuvent être proposés :
- Soit une prise de sang qui permet de rechercher la présence d’anticorps dans le sang (pour HIV, la syphillis et les hépatites).
- Soit Un frottis vaginal chez la femme (auto-frottis possible) ou un prélèvement urétral (urines) chez l’homme qui permet de rechercher le germe après la mise en culture des prélèvements.
- Selon le type de pratiques sexuelles que tu as, il te sera peut-être également proposé de faire un frottis anal et/ou bucal.

Si ton test est négatif, et que tu l’as effectué après un délai suffisant, tu n’es pas porteur de la IST recherchée. Si ton test est positif, tu es porteur de l’IST recherchée.

Pourquoi faire un test de dépistage ?

Si tu a eu un ou plusieurs rapport.s sexuel.s à risque et que tu veux savoir si tu as contracté une infection sexuellement transmissible, ou si tu présentes des symptômes, ou si tu souhaites entamer une nouvelle relation amoureuse et que tu veux t’assurer au préalable que tu n’es porteur/se, ou encore si tu as une relation stable et régulière avec un.e même partenaire et que vous ne voulez plus utiliser de préservatif, ou si tu envisages d’avoir un bébé.

Où peux-tu faire un test de dépistage ?

- A Aimer Jeunes. N’oublie pas d’amener tes vignettes de mutuelle, ta carte d’identité et de prévoir le prix de la consultation médicale.
- Dans un centre de planning familial (www.loveattitude.be et www.planningfamilial.net)
- Des les centres de dépistages anonyme et gratuit (pour le HIV, virus du SIDA, uniquement) (www.aideinfosida.be et www.preventionsida.org)
- Dans les maisons médicales
- Chez un médecin généraliste

Quels sont les traitements ?

Pour la plupart des IST, il existe un traitement, souvent efficace. Mais n’essaye jamais de te soigner seul sans avis médical. Il est très important de suivre le traitement que te prescrit ton médecin jusqu’au bout même si les symptômes ont disparu. Dans certains cas, le médecin te conseillera une période d’utilisation de protections comme le préservatif et/ou le carré de latex afin de ne pas contaminer ton/ta/tes partenaire(s).

Il est également important que tu saches qu’être infecté et non soigné favorise l’infection à une autre IST. Les IST fragilisent les muqueuses et facilitent la transmission.

Certaines IST comme le VIH et les hépatites se soignent mais ne se guérissent pas encore. On parle alors de maladies chroniques. Le préservatif ou le carré de latex reste toujours le meilleur moyen d’empêcher la contamination.

retour à la page d'accueil